Rencontre des nuages et du dragon

12 Décembre 2021 à 17h30

Entrée 10€ (Un verre et une collation offerte )

Merci de réserver par mail : cinebar@maison-photographie.com
Ou par téléphone  : 07 81 24 60 65

Rencontre des nuages et du dragon  de Lam Lê (1980)

Synopsis:  Un quartier populaire du Viet nam dans les années cinquante. Oncle Xuan, retoucheur-photographe vietnamien possède de singuliers talents. Il est surnommé « Pinceau magique ». Chaque retouche de photo a un étrange pouvoir.

Lam Lê : Après Rencontre des nuages et du dragon, il tourne en 1983 son premier long métrage, Poussière d’Empire dans lequel il revient sur la période coloniale. ses projets suivants ne voient pas le jour. Ce n’est qu’en 2004 qu’il entame son second long métrage Vingt nuits et un jour de pluie. En 2013, il signe Công Binh, la longue nuit indochinoise, un documentaire sur les travailleurs indochinois réquisitionnés de force pour travailler en France pendant a seconde guerre mondiale. Il est primé au Festival international du film d’histoire de Pessac et au Festival international  du film d’Amiens.

Scénariste, réalisateurs de films publicitaires, intervenant à la Femis, il a collaboré avec Claude Miller sur Garde à vue, Mortelle randonnée et Cinq.

 En 1982 Le monde écrivait ceci: « En six tableaux, trente cinq minutes, Lam Lê  réussit à cerner la vérité d’un pays, d’une culture, entre guerre et magie… Lam Lê tient sa caméra comme d’autres tiennent un pinceau. Le vietnam qu’il nous montre a entièrement été filmé en région parisienne. Il a dessiné, peint, construit préalablement plan par plan, un pays. C’est un alchimiste qui sait transformer l’image en mots, le son en images, qui connait l’art de l’ellipse et cekui de faire du vrai avec du faux. »

Accueillir Lam Lê et son film à la Mip est un immense plaisir. La découverte de ce film et de Poussière d’Empire dans les années 80 fut un choc, de cinéma et d’émotions. Il serait bien que l’on puisse redécouvrir ses films en salles.

Dernières actualités

Man Ray – Les Instigatrices

Man Ray se retrouve à la MIP. C’est surréaliste, dans les deux sens du termes. Surréaliste et si évident à la fois quand on pense à l’histoire de l’artiste, à ses affinités avec les brasseries de Montparnasse. Ne serait-il pas heureux de voir, un siècle plus tard, ses oeuvres sur les murs d’un bistrot, au coeur de cette atmosphère qui lui était si chère ?
53 tirages et 14 films. Une exposition en entrée libre et des projections dans une ambiance conviviale.