Folles mémoires d’un caillou (20 novembre 2022)

20 novembre 2022 à 18h00

Entrée 10€ (Un verre et une collation offerte )

Merci de réserver par mail : contact@maison-photographie.com
Ou par téléphone  : 07 81 24 60 65

Folles mémoires d’un caillou de Mathilde Mignon

Synopsis:

Nouville dans la baie de Nouméa, Nouvelle-Calédonie. Là, on avait cerné d’eau le bagne des Français et l’asile des fous. Aujourd’hui, Nouville est reliée à Nouméa par une digue ; elle enferme toujours la prison et l’hôpital psychiatrique qui côtoient maintenant un complexe touristique et un squatt mélanésien, kanak. L’hôpital psychiatrique porte le nom d’Albert Bousquet, le grand-père de la réalisatrice, qui en fut le médecin-chef dans les années 50 et se suicida sur une petite plage toute proche. Sur les traces de cette histoire singulière d’exil, le film interroge le passé complexe et déchiré de cette île. Colonialisme, indépendance kanak en question, guérisseurs et psychiatres, souvenirs kabyles du bagne, yukulele tahitien, coutumes, fêtes et voix dans la tête rythment le film dont la recherche de mémoires révèle au fond l’histoire noire de la terre, portant l’identité kanak. Cette terre à laquelle sont rendus les morts, si belle en Calédonie-Kanaky.

Mathilde Mignon  : 

Après des études de mathématiques, Mathilde Mignon réalise son premier court métrage, Le temps des corbeaux en 1986 (prod Cercle Bleu) puis entame des études de cinéma à l’INSAS à Bruxelles. Dès son court métrage de fin d’études Sept alphabets pour une seule mer sorti en 1993 et primé dans divers festivals, elle s’engage dans le cinéma documentaire.
Elle réalise alors : Folles mémoires d’un caillou (1998, 59′, prod. Les Films d’Ici), Une étoile et moi (2001, 58′, prod. Lapsus), Dehors (2006, 59′, prod. Lapsus), Femmes au charbon (2009, 58′, prod. Mille et Une Films), La terre et le temps (2017, 54′, prod. Mille et Une Films) primé au Festival international du film documentaire sur la ruralité Caméra des Champs 2018.
Elle enchaîne avec un portrait du musicien chanteur Sanseverino, cordes et âme, produit par Céline Loiseau, TS Production.
Elle écrit également le scénario de Judith ou les démons, son premier long métrage de fiction, produit par Gilles Padovani, Mille et Une Films.

Depuis 2010, elle est responsable d’ateliers documentaires au sein de l’UFR de Cinéma à Paris 7 Diderot et en Hypokhâgne Lettres-Cinéma au lycée Paul Valéry, Paris 12e.

Elle est co-fondatrice de Questions de Regard, un collectif d’artistes impliqués dans des travaux artistiques collectifs, et y a co-réalisé entre 2000 et 2016 des films courts, notamment avec des adolescents détenus.