American Geography – Matt Black

American Geography

Matt Black

Matt Black, c’est ce gars qui a décidé de partir sillonner les États-Unis avec dans son sac un slip, une chemise, six objectifs, trente rouleaux de pellicule. Et l’envie de raconter. Sa destination ? Là où personne ne va. Les chemins qu’il emprunte provoquent l’incrédulité : « en général, les gars qui viennent ici se sont perdus », lui déclarent ceux qu’il croise. Mais le photographe est tout sauf égaré. Loin de capturer des images à la volée en se baladant dans la rue, Matt Black cherche quelque chose de bien précis. Une ombre qu’il arrache aux entrailles des no man’s land où il se rend.

Ses tirages déboulonnent le rêve américain et nous montre une réalité rouillée, qui dérange. Soleil ou neige, ce qui ressort des paysages c’est leur atmosphère désertique. Une sorte de sècheresse. Elle est partout. Elle tord les branches, fissure le sol, déchire les reliefs des visages. A rides.

Des visages fracturés. La saleté et la tristesse entrés par effraction dans les corps. Le tout entrecoupé d’anecdotes de voyage, et d’objets collectés en route. Le photographe a le sens du récit.

Mais où est le crime ? Dans la violence retranscrite par les mots, les images ? Ou bien entre les lignes, sous les ombres, derrière les contours, dans tous ces interstices où se dissimule le visage de l’indifférence ? On les rencontre véritablement, ces personnes qui n’ont rien, et parfois vendent leur sang pour survivre. Ces personnes qui nous regardent avec une authenticité perforatrice. Ensevelis dans la misère, ils ne cherchent pas l’esthétisme. Ils ne posent pas, c’est absolument l’inverse. Ils se dé-posent face à l’objectif. Saisis par la lumière ils traversent l’espace et se trouvent face à nous.

Les images de Matt Black ne sont pas jolies. Mais elles sont belles.

 

Article : Charlotte Dubost

Photo : Patrice Forsans / Assistant : Anatole Descourvieres

 

A découvrir dans la bibliothèque de la MIP.
167 pages – format : 27,4 cm × 27,1 cm
Editions Ateliers EXB / Editions Xavier Barral

Dernières actualités

Man Ray – Les Instigatrices

Man Ray se retrouve à la MIP. C’est surréaliste, dans les deux sens du termes. Surréaliste et si évident à la fois quand on pense à l’histoire de l’artiste, à ses affinités avec les brasseries de Montparnasse. Ne serait-il pas heureux de voir, un siècle plus tard, ses oeuvres sur les murs d’un bistrot, au coeur de cette atmosphère qui lui était si chère ?
53 tirages et 14 films. Une exposition en entrée libre et des projections dans une ambiance conviviale.